ACCUEIL

PRÉSENTATION

CATALOGUE

COMMANDE

LIENS

 

 

Edgar Poe, sa vie et ses œuvres

Charles Baudelaire (48 p., 6,80 euros)

ISBN 978-2-917246-04-7

Vous pouvez télécharger ici la brochure intégrale en PDF.

C’est vers 1848 que Charles Baudelaire découvrit l’œuvre de Poe ; il entreprit alors de le traduire. Quelques contes parurent ainsi dans des revues, puis, en 1852, la notice biographique que nous publions ici, reprise en 1856 dans la publication chez Michel Lévy du premier recueil intitulé Histoires extraordinaires. Un second volume, les Nouvelles histoires extraordinaires, parut un an plus tard chez le même éditeur. Vinrent ensuite les Aventures d’Arthur Gordon Pym en 1858, Eureka en 1864 et enfin les Histoires grotesques et sérieuses publiées en 1865. Bien que parfois contestées pour une certaine infidélité aux textes originaux, ces traductions permirent à l’œuvre de Poe d’atteindre à une véritable notoriété en France.

Les noms de Charles Baudelaire et d’Edgar Allan Poe sont en France intimement liés. C’est que s’il ne fut pas le premier à traduire Poe pour le public français (certains contes avaient déjà été publiés dans des revues), Charles Baudelaire entreprit ce travail avec l’intention résolue de faire de l’auteur américain «un grand homme pour la France» (lettre de Baudelaire à Sainte-Beuve du 19 mars 1856). Edgar Poe, sa vie et ses œuvres, paru pour la première fois en 1852 dans la Revue de Paris, puis repris comme introduction aux Histoires extraordinaires (1856), contribua largement à forger cette légende. Car c’est bien d’une légende qu’il s’agit ici, dans la mesure où cette notice ne retrace pas exactement la vie de l’auteur américain. Mais là n’est pas son véritable intérêt. Au-delà de sa dimension strictement biographique, ce texte apparaît plutôt comme un plaidoyer. En racontant l’histoire «d’un de ces illustres malheureux, trop riche de poésie et de passion, qui est venu, après tant d’autres, faire en ce bas monde le rude apprentissage du génie chez les âmes inférieures», Charles Baudelaire s’attache surtout à défendre l’Artiste, amoureux du Beau, contre une société tout entière imprégnée de matérialisme et de pragmatisme.