ACCUEIL

PRÉSENTATION

CATALOGUE

COMMANDE

LIENS

 

 

Le Propriétaire

Amédée Achard (32 p., 6,80 euros)

ISBN 978-2-917246-11-5

Ce texte est librement consultable sur le site de la Bibliothèque électronique de Lisieux. Vous pouvez aussi télécharger ici la brochure intégrale en PDF.

Journaliste, romancier et auteur dramatique, Louis Amédée Eugène Achard (1814-1875) commence sa carrière de journaliste à Marseille, sa ville natale, avant de se rendre à Paris. Là, il collabore à plusieurs journaux et multiplie les écrits (pièces de théâtre et romans). Il montre une prédilection pour les romans de cape et d'épée (La Cape et l'épée est d'ailleurs le titre d'un de ses ouvrages). Il publia Le Propriétaire en 1842 dans le cinquième volume des Français peints par eux-mêmes, un recueil collectif de neuf volumes édités par Léon Curmer entre 1840 et 1842.

« Inclinez-vous devant les douze lettres de ce mot-là ; toutes les puissances se résument en elles ; en elles sont le commencement et la fin, l’alpha et l’oméga de ce qui est. Qui n’est pas propriétaire veut le devenir, qui l’est veut l’être toujours. Le monde pivote autour de ce substantif ; c’est l’arche sainte des royaumes constitutionnels, le fétiche de l’univers, la clef de voûte de la société ; tout passe, le propriétaire seul ne passe pas ; les empires croulent, mais les propriétaires restent. Ils sont plus forts que le temps et que les révolutions, deux choses qui usent les trônes et le granit.
L’arbre généalogique du propriétaire a ses racines dans le jardin d’Éden. C’est un substantif antédiluvien ; il surnage au-dessus des temps bibliques, et l’histoire n’était pas encore que le propriétaire était déjà. Il est contemporain du monde. Le premier homme, Adam, notre père, était propriétaire, et la meilleure preuve qu’on en puisse donner, c’est qu’ayant manqué au contrat synallagmatique qui le liait au jardin céleste, Dieu l’expropria.
Depuis le premier congé qu’un archange signifia au premier homme, jusqu’aux congés que les huissiers parisiens signifient quotidiennement aux locataires récalcitrants, le propriétaire n’a pas changé. C’est toujours et sans cesse un individu de qui la qualité commande le respect. Afin que nul ne l’oublie, il le professe lui-même à son endroit. C’est de lui que Danton aurait dû dire qu’il marche comme un saint sacrement. Rien qu’à le voir passer, on comprend que le propriétaire a pris son importance sociale au sérieux ; il se soigne comme une vieille dévote. Si ses vêtements ne sont pas du drap le plus beau, ils sont au moins du plus fort ; ses étoffes ne sont peut-être pas très brillantes, mais elles sont toujours les plus chaudes. Il est dans ses habits comme un saint dans sa châsse, hermétiquement enveloppé. En s’attaquant à sa personne sacro-sainte, les vents coulis s’attaquent à la société ; s’il tousse, elle est menacée d’une fluxion de poitrine, et le propriétaire tremble pour celle dont il est le plus auguste représentant.
S’il n’avait appris la modestie avec le peu de latin qu’il s’est empressé d’oublier au sortir des classes, volontiers le propriétaire dirait comme Louis XIV : "L’État, c’est moi." »

Avec ce texte, Amédée Achard nous offre une étude caustique et malicieuse sur cette figure toujours aussi fondamentale à notre société : celle du Propriétaire.